vendredi 10 octobre 2014

Le mépris des masses




Il existe des chroniqueurs et des écrivains qui ont le don de me faire grimper dans les rideaux. Il y a quelques semaines, c'était le cas de Mathieu Bock-Côté, avec cette chronique du Journal de Montréal. Pour convaincre les gens qu'ils devraient lire, il citait les grands et les plus grands pour montrer comment, lui, il avait lu et lisait encore et toujours et tout le temps. Et mon doux qu'il en avait, du temps pour lire! Se donner en exemple, dans ce cas-là, ma foi, c'était probablement la pire chose à faire pour inciter à lire quelqu'un qui ne lit pas. Quelques jours plus tard, c'était Catherine Mavrikakis, avec ce texte publié sur le site Cousins de personne. Elle y dénonçait, entre autres choses, le fait que les jeunes d'aujourd'hui ne lisent plus de classique.

Pourquoi je grimpe dans les rideaux? Parce que ces lettrés (et bien d'autres!) sont déconnectés de la réalité, qu'ils vivent dans une tour d'ivoire et pensent pouvoir servir des leçons au « pauv' p'tit peup' qui lit pas ou qui lit pas la bonne affaire ». Ils me font le même effet que ces libraires français qui ont refusé de vendre le livre de l'ex-copine du président français. 

Je l'ai déjà dit sur ce blogue, je viens d'un milieu où les gens lisaient peu. Je ne parle pas de chez nous, non! Ma mère, qui faisait figure d'exception dans sa famille, nous a mis des livres dans les mains bien avant de nous donner une brosse à dents. Mais dans l'ensemble, j'ai grandi dans un environnement où les livres étaient vus comme quelque chose d'élitiste.

Ma mère possédait un secondaire 2. Mon père, un secondaire 1. Mon beau-père est allé au cégep quand j'avais déjà 10 ans. Avant, ils avaient tous travaillé à la même usine. Au Québec, dans années 1960, la majorité des jeunes sortaient de l'école tôt pour aller travailler à l'usine. C'était de même. Seuls les riches — et les plus motivés — suivaient leur cours classique. Pour les autres, c'était le marché du travail. Par la suite, au mieux, on lisait le journal. Au pire, on ne lisait plus. Et on survivait très bien.

Je suis née après et j'ai fait mon secondaire à l'école publique au début des années 1980. J'y ai lu Alexandre Dumas et un peu de Nelligan. Ça s'arrêtait pas mal là.

Au cégep, on m'a fait lire des romans du terroir, des histoires que j'ai trouvées tellement plates que ça m'a écoeurée de la littérature québécoise pendant des années. Je préférais de loin les traductions américaines et les romans historiques venus de France. D'ailleurs, autour de moi, ceux qui lisaient lisaient la même chose que moi.  

Quand Noël Audet a publié son Écrire de la fiction au Québec, il a déclaré avec que la littérature québécoise ne rejoignait pas le public québécois. Mon doux que le milieu littéraire québécois était fâché d'entendre un des grands dire une chose pareille! N'empêche qu'il avait raison. Comme j'en ai déjà parlé sur ce blogue, en 1992 et avant, au Québec, on publiait surtout de la littérature « littéraire » pour un public constitué essentiellement de littéraires (ou autres membres de l'élite).

Les rares auteurs québécois qui rejoignaient les gens ordinaires, c'étaient les Arlette Cousture, Francine Ouellette, Yves Beauchemin et Noël Audet de ce monde. Ceux-là, en fait, que la télé nous avait fait connaître avec une série tirée d'un de leurs romans. Même Québec Loisirs boudait les auteurs d'ici (à part ceux que je viens de nommer pour la raison que je viens de donner).

Mais voilà qu'en 1997, le Ministère de l'Éducation a effectué une réforme en profondeur du programme de français. À partir de ce moment-là, les élèves du secondaire devaient lire quatre romans par année. On peut qualifier la décennie qui suivit d'âge d'or de la littérature jeunesse au Québec.

Aujourd'hui, un jeune de 17 ans aura lu une vingtaine de romans le jour de sa graduation. Attention, il ne s'agit pas ici de grands classiques. On parle de romans qui, si on est chanceux, lui auront donné le goût de lire et de continuer à lire. Si on est chanceux. Si le prof est conscient de la fragilité de ce qu'il a entre les mains. Et s'il est conscient que lire, pour la majorité des gens, demande un effort. Pour certains encore plus que pour d'autres.

Chose certaine, les élèves finissent aujourd'hui leur secondaire avec de meilleures aptitudes en lecture et une culture littéraire plus approfondie que les jeunes qui ont gradué avec moi en 1985.
La littératie québécoise se porte-t-elle mieux aujourd'hui qu'autrefois? Absolument. Peut-on faire mieux? Absolument aussi.

Je suis en train de devenir allergique à ces lettrés qui nous répètent ad nauseam comment c'était mieux, dans le temps. C'était quand, ce temps-là? Quand les femmes mettaient au monde des familles de dix ou douze enfants pis que seul celui qui allait devenir curé recevait une instruction sur le sens du monde?

J'adore Bryan Perro et Anne Robillard. Et je pense qu'on devrait les remercier collectivement d'avoir fait lire nos jeunes pour le plaisir. Ces deux auteurs ont prouvé aux ados de la fin des années 90 et des années 2000 que c'était possible de trouver un livre intéressant écrit dans la langue de chez nous (ce qui fait qu'on n'avait pas besoin d'un dictionnaire toutes les trois lignes.)

Pour ceux qui ne le savent pas, je vous annonce que devoir chercher dans le dictionnaire décourage les lecteurs les plus faibles. On aime ça, nous, les auteurs, montrer qu'on a du vocabulaire. On ne réalise pas à quel point on écoeure le lecteur. On se dit « Il n'a qu'à se forcer! ». On n'imagine pas un instant qu'il peut aussi bien refermer le livre et passer à autre chose. Ce qu'il fait souvent d'ailleurs sans même une hésitation.

Si la marche est haute, la mettre encore plus haute ne servira jamais de motivateur. Au contraire! C'est assez pour convaincre bien des gens de dépenser leur argent autrement et de faire autre chose de leur temps libre.

Note à ceux qui écrivent (quel que soit le médium): Rappelez-vous toujours que mépriser le peuple qui ne lit pas ne le fera pas lire. Au mieux, il vous ignorera et vous parlerez dans le vide. Au pire, il vous méprisera et, là, vos propos auront l'effet contraire.  

P.-S.: Au début de ma dernière année d'enseignement, j'avais commencé à donner en dictée un texte de Robert Soulières. Il s'agissait d'une nouvelle de six pages sous forme de lettres que le personnage principal, en fugue, écrivait à sa famille. Il y dressait la liste de ses doléances. Au lendemain de ma deuxième dictée, le directeur m'a convoquée dans son bureau. Un parent s'était plaint du genre de texte que je donnais en dictée à mes élèves (Je vous rappelle que c'était de Robert Soulières!!!). On m'a interdit de lire la suite en classe. J'ai eu beau expliquer quel le personnage, qu'on croyait adolescent, était en fait un vieillard tanné de vivre chez sa fille, ça n'a rien changé. L'école où j'enseignais avait pour devise Le parent a toujours raison, qu'il soit doté ou non de jugement

Douze ans plus tard, c'est encore comme ça à ben des places. Ce texte de Foglia est passé sous mon radar parce qu'il est paru pendant que j'étais au Yukon en mars dernier. Une maudite chance pour lui parce que je lui aurais dédié tout un billet! Si je viens juste de le lire, c'est que ce texte de Foglia a forcé le programme La culture à l'école à réévaluer la pertinence des livres qui font partie du programme. Le livre dénoncé? Un roman de chez Alire qu'on a imposé en lecture obligatoire en 4e secondaire. ALIRE!!! En QUATRIÈME SECONDAIRE. Faut être tata en maudit pour douter de la qualité d'un roman de chez Alire. Et faut avoir la tête dans le sable pour penser qu'un jeune de 16 ans n'a pas vu pire (dans les télé-séries américaines, par exemple). 

Lettrés vertueux amateurs de censure, vous n'aidez pas la cause de la lecture, loin de là!

Ajout: Comme si j'avais pas déjà de quoi m'indigner, v'là une autre lettrée qui en rajoute une couche avec ce texte sur le site de L'actualité. Extrait: «... aucun chemin ne mène de Twilight à Baudelaire… S’il existait un tel raccourci, le pauvre poète se retournerait dans sa tombe !» Que d'arrogance, quand même!

17 commentaires:

  1. J'abonde, ma chère, j'abonde. Si je n'avais pas lu les traductions de séries américaines comme Dragonlance, Royaumes oubliés, Ravenloft et autres séries liées à des jeux de rôle, je n'aurais pas eu autant la piqure de la lecture et je n'aurais pas commencé à écrire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dragonlance! Mon doux que j'ai aimé ça! Surtout Les Jumeaux.

      Supprimer
  2. Je concluerais - si tant est qu'il faut une conclusion-- en disant que chacun "juge" selon son expérience, selon ce qu'il a connu à son époque, selon ses valeurs.
    Tout le monde témoigne de ce qu'il connaît et transmet ce qu'il souhaite pour la génération future. Tant mieux si ça apporte des réactions, un débat.
    La réalité peut être très différente selon les milieux, mais réalité quand même. Il en faut pour tous les goûts, tous les sexes, tous les âges.
    Et je ne crois pas qu'il n'y ait qu'une seule recette pour donner le goût de lire aux jeunes. Pas plus que donner le goût de la musique ou de la peinture ou... ou...

    RépondreSupprimer
  3. À l'époque de la publication du texte de Foglia, j'ai échangé quelques courriels avec le monsieur. Qui ne connaissait pas tellement le milieu de l'édition québécoise "de genre" (quelle surprise!). Je lui avais d'ailleurs fait remarquer que dans sa liste des "grands" du roman noir, il ne nommait pas un seul québécois (et pas beaucoup de contemporains).

    Mais ouais, des cas de parents sans trop de jugement qui font des scandales avec rien, j'en ai vu beaucoup. Remarque, j'ai vu des profs manquer de jugement aussi. La peau blanche de Joël Champetier, c'est excellent, mais en deuxième secondaire, c'est ptêt un peu tôt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gen, je n'ai pas lu La peau blanche, mais pourquoi supposer qu'en deuxième secondaire c'est un peu tôt? Je fais confiance aux enfants (tout comme aux adultes) chacun sait ce qui lui convient, ce qu'il va poursuivre une fois la première page lue.

      Supprimer
    2. La peau blanche ça parle de succube, donc de sexe. Et en deuxième secondaire, les élèves ne sont pas prêts à aborder ce sujet EN CLASSE. Individuellement, certains sont prêts à lire ce livre, oui, mais le groupe, non. Et là je ne parle pas des réactions des parents.

      Supprimer
  4. J'abonde dans le même sens que toi pour beaucoup de choses, mais il faut dire que les deux billets que tu cites proviennent de lecteurs aguerris. Normal qu'ils parlent de ce qu'ils aiment! Mais c'est justement ça qu'il faut comprendre: aimer lire. Y prendre plaisir! Tu mets le doigt sur un point important, c'est que l'on doit aimer ce qu'on lit. Tu cites Anne Robillard et Bryan Perro et tu as raison: ces deux auteurs ont merveilleusement su introduire une panoplie de jeunes lecteurs à la littérature. Par contre, je dirais que plus on lit, plus on développe son goût et alors, il est intéressant de varier nos lectures et d'aller vers des auteurs plus exigeants. C'est comme un escalier: certains auteurs vous permettront de monter la première marche et de voir que ce n'est pas si pire que ça et qu'on peut ensuite monter les autres... Jusqu'où ira-t-on? C'est personnel à chacun. Et personne ne doit juger, parce que personne ne vit dans les souliers de ce lecteur, sa vie, son temps et ses autres occupations.

    Je dirais cependant que les auteurs plus littéraires sont autant nécessaires que les auteurs populaires. Pour assurer une diversité. Pour permettre à des lecteurs plus exigeants d'avoir accès à la littérature qui les gardera accroché. Et tant qu'à y être, j'aime autant mieux qu'ils lisent Catherine Mavrikakis que des auteurs français ou allemand ou de n'importe où. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime.
      Dans les articles cités par Mylène, je n'ai pas vraiment vu le mépris des masses, j'ai plutôt vu, comme toi Prospéryne, le simple fait d'un choix différent parce que éducation, valeurs, intérêts différents.

      Supprimer
    2. T'iras lire ce texte, Claude: http://www.lactualite.com/culture/de-twilight-a-baudelaire/

      Supprimer
  5. Comme si on avait besoin, collectivement, qu'une autre lettrée en rajoute:
    http://www.lactualite.com/culture/de-twilight-a-baudelaire/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "...aucun chemin ne mène de Twilight à Baudelaire…». Que d'ignorance il faut pour écrire ça, que d'arrogance, aussi.

      Supprimer
    2. Euh, j'ai beau relire le texte, je ne vois rien d'offensant à ce qu'elle dit. Je ne comprends pas ce qui te fait réagir autant la Doyenne. :(

      Supprimer
  6. Je viens d'à peu près le même milieu que toi et oui, le chemin entre les classiques et la littérature "de masse" s'est fait graduellement pour moi. J'ai ensuite étudié en littérature et ça m'a toujours choquée de voir le mépris pour ce que lisaient les gens. Tellement que mon sujet de maîtrise que j'aurais fait si j'avais continué aurait été de chercher à savoir ce que les gens allaient chercher dans la littérature "de masse": ce qui faisait sens pour eux. Je réalise maintenant que mon sujet était déjà pas mal plus sociologique que littéraire (j'étudie maintenant en socio!) Mais mon souci de rétablir la valeur de la lecture, de toutes les lectures, en incluant les bd et les mangas tiens!, reste très important pour moi.

    RépondreSupprimer