mardi 19 janvier 2016

Un prix pour la littérature de genre en Estrie





Ça y est! 

Après des années de chialage et de tergiversations, le monde littéraire estrien semble enfin avoir accepté qu'il n'existe pas qu'une seule littérature de valeur. 

En effet, samedi prochain, lors de son assemblée générale annuelle, l'Association des auteures et auteurs de l'Estrie (AAAE) devrait passer à l'histoire en adoptant une motion qui distinguera la littérature blanche de la littérature de genre, et ce, sans jugement de valeur.  (J'utilise le terme littérature blanche, alors qu'eux se contentent de distinguer la littérature de genre de l'autre littérature, mais on ne va couper les cheveux en quatre et faire du chichi si près du but.)

L'important, ce que l'époque où l'on remettait année après année le prix littéraire aux mêmes deux ou trois auteurs (alors qu'il y avait une trentaine de romans en compétition) est révolue. Désormais, si la proposition est adoptée, la littérature blanche et la littérature de genre seront jugées dans des catégories séparées. Un auteur aura donc le choix entre quatre prix littéraires.

·         Le Prix Alfred-Desrochers, qui récompense une oeuvre de création littéraire (roman, conte, nouvelles, poésie, théâtre et récit). (Ce qu'en dehors du milieu littéraire littéraire on appelle la littérature blanche.)

·         Le Prix Suzanne Pouliot-Antoine Sirois, qui récompense une oeuvre jeunesse pour les 6 à 16 ans.

·         Le prix Alphonse-Desjardins, qui récompense une oeuvre n'appartenant pas à la catégorie création littéraire (essai, biographie, autobiographie, mémoires).

·         Et désormais, le Prix estrien de la littérature de genre, qui récompensera une oeuvre de création littéraire s'adressant à un large public adulte et faisant partie d'un genre littéraire (historique, policier, érotique, fantastique, de science-fiction, de fantasy, de merveilleux, d'aventures d'amour et chick lit).
)
Un livre ne pourra être présenté à plus d'un prix littéraire de l'AAAE en même temps. Ce sera donc à l'auteur de décider où il pense avoir de meilleures chances. Dans tous les cas, le livre doit être publié soit par une maison d'édition, soit sur Internet ou à compte d'auteur, mais il doit être soumis sous forme de livre relié.

Ces prix, qui viennent chacun avec une bourse de 2000 $, seront remis aux deux ans (les années impaires). Ils s'adressent évidemment aux auteurs de l'Estrie membres de l'AAAE.

Je sais que bien des auteurs n'aiment pas l'appellation littérature de genre. Pas plus, sans doute, que d'autres n'aiment l'appellation littérature blanche. Sachez qu'il s'agit toujours d'une question de point de vue... et d'ego, naturellement.  

Je sais aussi qu'on aime bien dire qu'il n'existe qu'une seule littérature. Ça paraît bien. On a l'air égalitaire, quand on dit ça. On a l'air démocrate. Sauf qu'il faut admettre que lorsqu'on prétend qu'il n'y a qu'une seule littérature, on peut difficilement expliquer les résultats des prix du Gouverneur général. Les éditeurs, eux, savent bien que tous les livres ne sont pas jugés sur les mêmes critères. Pour preuve, ce ne sont pas tous les ouvrages qu'ils soumettent aux GG.

Avec ses quatre prix, l'AAAE admet qu'on ne juge pas un roman de science-fiction avec les mêmes critères qu'un roman d'autofiction. La virtuosité dont peut faire preuve un auteur en jouant avec les mots ne vaut pas moins qu'un récit mené tambour battant. L'efficacité d'un page-turner n'a pas à céder le pas devant la beauté des phrases d'un recueil de poésie.

Bien sûr, dans tous les cas, il faut savoir écrire. Et il faut avoir quelque chose à dire. Mais la distinction demeure: en littérature blanche, le contenant prime sur le contenu. En littérature de genre, c'est l'inverse. Admettre cette différence, ce n'est pas effectuer un jugement de valeur. C'est admettre qu'en littérature, il en faut pour tous les goûts. C'est valoriser la diversité. Et c'est célébrer le foisonnement d'idées et de talents estriens.  


7 commentaires:

  1. Exemple? Les tiens, Mylène, seront présentés pour le prix Alfred-Desrochers?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Je vais les soumettre au Prix de la littérature de genre.

      Supprimer
  2. Que de discussions passées et à venir dans les salons et Salons et dans les classes de création littéraire!
    Je leur laisse. Vais me contenter d'écrire.

    RépondreSupprimer
  3. Ah tiens, je n'avais jamais considéré que l'érotique, l'historique, la romance et la chick lit étaient des "genres" (dans ma tête, ça se limitait à sf, fantasy, fantastique et, à la limite, policier). Cela dit, même s'ils sont plus réalistes que les "genres" que j'avais en tête, ce ne sont effectivement pas des romans "blancs", leur contenu prime sur leur contenant. C'est donc logique de les amalgamer! Longue vie au Prix estrien de la littérature de genre! :) En espérant qu'il fasse des petits dans les autres régions. (À quand un GG de la littérature de genre? Ben quoi, on peut rêver! ;)

    Bonne chance à vous deux, chères doyenne et sorcière! :)

    RépondreSupprimer
  4. Bien dit, ma chère. Et il n'est pas plus facile de publier un roman-récit-fusion-biographique qu'une trilogie de vampires-soldat-voyageurs-dans-le-temps. Dans les deux cas, les codes à respecter et le travail de direction littéraire sont incroyables.

    À ceux qui disent que certains éditeurs de romans de genre ne font pas de direction littéraire, je réponds que je connais des maisons d'édition de poésie qui n'en font pas plus. De toute façon, sur quelle base pourrions-nous comparer un roman vendu à 10 000 exemplaires à un recueil de poèmes imprimé à 150 exemplaires?
    Me reste plus qu'à déménager en Estrie pour tenter ma chance, parce que, sérieusement, je souhaite vraiment que ce prix soit créé. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais vous en redonner des nouvelles dès lundi. :-D

      Supprimer
    2. Bonne nouvelle! Je serai présente à l'assemblée générale annuelle. Il me tarde de connaître le résultat.
      À samedi.

      Supprimer